Fifres et tambours ont résonné le week-end dernier à Walcourt.

C’était la fête le week-end dernier à Walcourt. Jusque lundi soir, ce sont plus de 750 Marcheurs qui ont pris possession de la ville comme chaque année depuis des temps immémoriaux. Il semble admis en effet que cette procession en l’honneur de Notre-Dame de Walcourt a vu le jour au début du XIVème siècle, tandis qu’on trouve des traces de son escorte armée (les ancêtres des Marcheurs) en 1429.

Considérée comme l’une des plus anciennes et des plus authentiques de l’Entre-Sambre-et-Meuse, cette marche a été reconnue « Chef d’œuvre du Patrimoine Oral et Immatériel de la Communauté Française » en 2004 et classée, avec d’autres, au Patrimoine de l’UNESCO en décembre 2012.

La Marche de Walcourt s’articule autour de la Jeune Garde, du deuxième régiment des Zouaves et de la Marche Notre-Dame. Ses marcheurs se sont retrouvés une première fois tous ensemble le samedi sur la place qui leur est dédiée à l’arrière de la basilique pour la remise des galons d’ancienneté.

Dimanche midi, le public s’est pressé en nombre pour assister au départ de la procession, au pied de la basilique. Les compagnies de Walcourt ont été précédées comme à l’accoutumée, de la Compagnie Saint-Vaast de Daussois et ses divers pelotons, des Volontaires Réunis de la Révolution Brabançonne de Ham-sur-Heure et enfin, de la Compagnie de l’entité composée des drapeaux des différentes Marches de Walcourt ainsi que des Sapeurs de Chastrès, de la batterie et des Voltigeurs de la Marche St-Fiacre de Tarcienne.

Autre temps fort, la reconstitution du miracle du jardinet vers 13h30, qui rappelle une légende très vivace à Walcourt. En effet, selon une légende entretenue avec vigueur par l’ensemble des walcouriens, lors d’un incendie de l’église du village en 1228, la statue de Notre-Dame se serait échappée des flammes pour se réfugier dans un arbre au lieu-dit « Le Jardinet ». Alerté, le comte de Rochefort Thierry II, seigneur de Walcourt se serait rendu sur place et aurait promis d’ériger une abbaye dédiée à la Vierge à cet emplacement précis si celle-ci acceptait de quitter cet arbre pour regagner son église. Et, selon la légende toujours, ce vœu fut exaucé.

Après un long périple par les ruelles et chemins tout autour de Walcourt, les Marcheurs et pèlerins se sont retrouvés au lieu-dit le Calvaire pour un bataillon carré avant de s’élancer pour la rentrée solennelle à 18h30.

Ce genre de folklore, ça ne s’explique pas, ça se vit, et j’ai eu le plaisir de le vivre une nouvelle fois.